Accueil

Académie des Sciences, Agriculture,

Arts et Belles Lettres d'Aix-en-Provence

Académie des Sciences, Agriculture,

Arts et Belles Lettres d'Aix-en-Provence

Accueil

Lettre n° 23 – 25 mai 2021

 

Notre assemblée est à nouveau réunie en visioconférence pour cette avant-dernière séance ordinaire de l’année académique. Malgré quelques difficultés pour rejoindre la plateforme zoom, la plupart de nos consoeurs et confrères sont présents et nous accueillons une auditrice extérieure, Madame Brochier, invitée du conférencier.

 

Le président Jean-Pierre Centi nous rappelle que la séance de clôture de l’année académique se tiendra bien le mardi 8 juin à 16 h, au château de Lourmarin. Nous serons reçus dans le respect des normes sanitaires en vigueur. Nous entendrons le discours statutaire de clôture du secrétaire perpétuel, Jean-Luc Kieffer, qui sera suivi de l’éloge de la vertu, prononcé cette année par notre confrère Jacques Maleyran, puis seront alors remis les prix de l’Académie en présence des lauréats. La séance se terminera par un verre de l’amitié.

 

C’est à l’association des Amis de l’Académie et du musée Arbaud qu’a été confiée cette année la mission d’organiser la rencontre-dédicaces qui permettra aux auteurs primés de rencontrer le public aixois. Elle se déroulera le samedi 19 juin de 16 h à 19 h dans le jardin du musée Arbaud.

 

Nous aurons le plaisir d’y recevoir aussi les lauréats 2020 et des consoeurs et confrères ayant publié récemment. La librairie le Blason sera associée à cette manifestation. Il revient à chacun de nous de faire en sorte que cette journée soit un succès pour notre compagnie en diffusant l’information.

 

Comme vous avez pu le lire dans le numéro de mai des Échos, l’association des Amis de l’Académie d’Aix a programmé une première sortie culturelle, le vendredi 11 juin avec au programme :

Rendez-vous à Cazan avec visite des caves du domaine de Château-Bas et des vestiges romains. Nous bénéficierons des commentaires de notre confrère Jean-Marie Gassend, qui pour l’occasion présentera une aquarelle spécialement créée par lui pour illustrer ce que fut ce bourg au premier siècle apr. J.-C. Vernègues avec la visite de la cité millénaire détruite par le terrible tremblement de terre de 1909. Puis nous déjeunerons à Mallemort dans le jardin d’une auberge.

Rognes, sur le chemin du retour avec visite de l’exposition d’art contemporain « Cercles et carrés » au domaine de Bonisson. Sortie limitée à 20 personnes, en covoiturage, 40 € tout compris.

Jean-Pierre Centi nous informe du départ en juin, de Marie Janton qui a souhaité rejoindre ses parents âgés en Bretagne, après 15 ans passés au musée Arbaud.

 

Le moment étant venu, le président passe la parole au conférencier, notre confrère correspondant, le Dr Bernard-Vincent Mathieu, qui nous fait le plaisir de parler depuis le musée Arbaud où il s’est rendu pour l’occasion. Sa très riche communication, qui a pour titre : La métamorphose des dieux antiques dans le monde devenu chrétien, intéresse vivement un auditoire averti, si on se fie à la qualité de la discussion qui suit la conférence.

 

Prochaine séance : mardi 1er juin à 17 h, sur Zoom : notre confrère Bernard Terlay a accepté de donner la dernière communication de l’année académique. Son titre : Naissance et métamorphoses d’un cours à carrosses.

 

 

 

 

Lettre n° 22 – 18 mai 2021

 

 

C’est avec le sourire que le président Jean-Pierre Centi accueille, sur Zoom, les membres présents, avouant sa satisfaction de voir enfin les contraintes sanitaires se desserrer. Il indique que les deux prochaines séances se dérouleront néanmoins en visioconférence, selon la procédure adoptée cette année.

 

L’ordre du jour de la séance prévoyait l’étude des modifications proposées par le Bureau au règlement intérieur de notre académie. Il est semble-t-il, devenu indispensable de mettre en adéquation les textes qui régissent le fonctionnement de notre compagnie avec de nouvelles pratiques qui se sont imposées au fil des années. Le projet détaillé des modifications du règlement intérieur a été envoyé à tous les membres, des observations et des suggestions ont été reçues. Il s’avère finalement que ces modifications entraînent obligatoirement une révision des statuts.

 

Notre confrère Me Jean-Louis Bergel, membre de la commission juridique, suggère de procéder dans un premier temps à la révision des statuts, puis dans un deuxième temps à la modification du règlement intérieur.

Au terme d’une discussion sur la spécificité des statuts d’une Académie dont l’histoire est antérieure à la loi du 1er juillet 1901 sur les associations, il a été unanimement décidé de confier à la commission juridique le soin d’examiner les statuts et, le cas échéant, de faire des propositions qui, le moment venu, seront soumises à un vote préalable à celui du règlement intérieur.

 

Le président donne alors quelques informations sur la vie de l’Académie :

-La séance de clôture de l’année académique se tiendra bien le mardi 8 juin à 16 h, au château de Lourmarin. Nous serons reçus dans le respect des normes sanitaires en vigueur en juin.

-Le colloque annuel de Lourmarin est confirmé lui aussi. Il se déroulera le samedi 16 octobre sur le thème : les sons de Provence. Retenez cette date.

Le secrétaire perpétuel, Jean-Luc Kieffer, nous informe : la commission des prix de l’Académie a rendu ses conclusions. Sept prix seront remis lors de la séance de clôture du 8 juin :

-Prix de vertu : Association Hilda-Soller — Les Moreuils.

-Prix Thiers : Histoire d’Aix-en-Provence par Noël Coulet et Florian Mazel.

-Prix Bruno Durand : Les noms de lieux dans l’oeuvre de Jean Giono par Jean-Claude Bouvier.

-Prix Arbaud : Colère de Dieu, mémoire des hommes. La peste en Provence 1720-2020. Gilbert Buti.

-Prix Mignet : Germain Nouveau, l’ami de Verlaine et de Rimbaud. Sous la direction de Aurélie Bosc.

-Prix de Lourmarin : Le printemps des maudits par Jean Contrucci.

-Prix d’Hippone : Carthage, les travaux et les jours, recherches et découvertes 1831-2016.

 

Nous vous invitons à visiter le nouveau site Internet de la Conférence nationale des académies https://www.academies-cna.fr/ Il y est notamment question du numéro spécial Éducation (s) de la revue AKADEMOS, auquel plus d’une vingtaine d’auteurs, dont notre confrère Philippe Malburet, ont participé. Ne pas manquer la très complète présentation de ce travail par Mme Christiane Roederer qui en a assuré la direction éditoriale sur : https://www.youtube.com/watch?v=eUFAKZH62k4

 

Prochaine séance : mardi 25 mai à 17 h, sur Zoom : nous entendrons une communication de Bernard-Vincent Mathieu : La métamorphose des dieux antiques dans le monde devenu chrétien.

 

Lettre n° 21 – 11 mai 2021

 

Confraternelles retrouvailles pour les membres de notre compagnie, après une interruption printanière de deux semaines. Le président Jean-Pierre Centi nous reçoit, toujours sur la plateforme Zoom, mais avec une bonne nouvelle : compte tenu d’un desserrement partiel des contraintes sanitaires, nous pourrons nous réunir au château de Lourmarin le mardi 8 juin pour la séance de clôture de l’année académique. La traditionnelle remise des prix de l’Académie pourra donc se dérouler elle aussi.

Le président poursuit avec des annonces sur la vie de l’Académie :

 

-Mardi prochain 18 mai, nous tiendrons une assemblée statutaire durant laquelle l’Académie d’Aix devra se prononcer sur les modifications apportées à son règlement intérieur. Nous avons tous reçu une convocation en début de semaine accompagnée des éléments permettant de prendre connaissance du projet remanié, ainsi que les changements à prévoir sur les statuts si les modifications apportées au règlement intérieur sont approuvées. Le président insiste sur l’importance d’une large présence, le texte à examiner nous concerne tous, même si seuls les titulaires et les membres honoraires seront appelés à voter.

 

-Notre consoeur Marcelle Mahasela a fait don à la bibliothèque d’un très beau livre d’artiste dont elle est l’auteur : En torno al aradrez gongorino, voyage dans les odysées de Don Luis. Tiré en 5 exemplaires, cet ouvrage est un hommage rendu au poète espagnol Don Luis de Góngora y Argote (1561-1627). Une oeuvre à admirer au musée Arbaud.

 

-Une nouvelle présentation du fonds iconographique de la famille Mirabeau, par notre consoeur Dominique Mazel, aura lieu le 20 mai. Une troisième sera organisée en juin. Rappelons que les groupes étant limités en nombre, il convient de réserver.

 

-Le colloque annuel 2022 de la Conférence nationale des Académies se tiendra à Caen en octobre 2022. Le thème est à présent connu : Intelligence artificielle, neurosciences, biotechnologies : vers quel Humanisme ? Vous trouverez en annexe de cette lettre une note d’orientation thématique et un appel à communication. Nous vous invitons à en prendre connaissance, mais attention : les intentions de communication sont attendues pour le 30 mai 2021 au plus tard.

À noter aussi que le bureau de notre Académie doit être au préalable informé de toute soumission de projet de communication.

 

Vient le moment d’entendre la communication du jour. Jean-Pierre Centi, après avoir salué l’invité de la conférencière : M. Paul Desorgues, que nous connaissons pour avoir primé en 2020 son dernier livre, passe la parole à notre consoeur Annick Duperray pour une savante, mais captivante conférence intitulée : le sud des États-Unis et sa littérature : du particularisme au mythe, donnant envie à l’auditoire de lire ou relire Faulkner.

 

Prochaine séance : mardi 18 mai à 17 h, sur Zoom : assemblée statutaire consacrée à l’examen et au vote des modifications du règlement intérieur. Une convocation a été envoyée le 10 mai.

 

À Lourmarin : le château nous fait part d’une bonne nouvelle : la réouverture le 19 mai aux visiteurs.

Le Quatuor Elmire sera en résidence en mai, et donnera le premier concert de l’année à la fin de son séjour le samedi 22 mai à 18 h. Au programme : Mozart, Chostakovitch, Beethoven.

Ce concert sera joué dans la cour médiévale du château dans le respect des règles sanitaires

Académie des Sciences Arts & Belles-Lettres

de Caen

Note d’orientation thématique et appel à communication

pour la Conférence nationale des académies

Caen 5-8 octobre 2022

Intelligence artificielle, neurosciences, biotechnologies : vers quel Humanisme ?

Parmi les questions vives et les querelles qui agitent l’espace public, les enjeux, les promesses, les dangers de ce que communément on désigne sous les termes « intelligence artificielle » occupent une place de choix tant dans les cercles académiques cultivés que dans les conversations privées. L’alliance impossible de deux termes appartenant à des champs sémantiques étrangers l’un à l’autre, l’ambiguïté de la formule, les approximations qu’elle autorise, les conséquences potentiellement dangereuses des applications qu’elles contiennent sont contredites par les résultats de la révolution numérique, de la robotique, des technologies médicales de pointe… Les neurosciences constituent de ce point de vue un champ de réalisations et de promesses porteur d’améliorations dans la vie de la cité et dans la vie des individus et sont grosses des mêmes inquiétudes. Alors, intelligence artificielle, neurosciences, technologies de pointe préparent-elles un univers déshumanisé dominé par de glaçantes technologies ? un monde orwellien de surveillance permanente et de contrôle social généralisé ? un nouvel âge d’or pour l’humanité ? le dépassement de l’homme dans un transhumanisme « augmenté » ou son accomplissement ? La réflexion sur les sciences et les technologies contemporaines, loin des certitudes du café du commerce, réveille et renouvelle la vieille inquiétude pascalienne : « Car, enfin, qu’est-ce que l’homme dans la nature ?1 », à laquelle Jacques Ellul2, Gilbert Simondon3 ou Bernard Stiegler dans une optique différente, ajouteraient « et dans la technique ».

Bien que datant de 1994, la très longue notice que le Trésor de la Langue française consacre au mot « intelligence » fournit une définition éclairante de l’expression « intelligence artificielle » : « Recherche de moyens susceptibles de doter les systèmes informatiques de capacités intellectuelles comparables à celles des êtres humains ». Le Dictionnaire de l’Académie française, dans sa neuvième édition, à la rubrique « intelligence » renvoie « intelligence artificielle » à l’article « artificiel : Intelligence artificielle, ensemble de propriétés rapprochant du cerveau humain certains systèmes informatiques très évolués ». Le Dictionnaire de français Larousse en ligne donne : « Intelligence artificielle (IA) : ensemble de théories et de techniques mises en oeuvre en vue de réaliser des machines capables de simuler l'intelligence humaine ». Même Wikipédia y va de sa définition : « un ensemble de concepts et de technologies plus qu’une discipline autonome constituée ».

Systèmes informatiques, machines capables de simuler l’intelligence humaine dont la mise en oeuvre produit miracles ou catastrophes, neurosciences cliniques, cognitives ou sociales et leurs applications recouvrent donc de multiples secteurs de la société, vie quotidienne, santé, éducation, économie, justice, politique, mais aussi arts, culture. La Chine installe un dispositif de reconnaissance faciale qui fiche et contrôle les citoyens, les réseaux sociaux et la publicité devancent et modèlent nos désirs, la gestation pour autrui laisse entrevoir de potentielles manipulations eugéniques, les tentatives de

1PASCAL, Pensées, Paris, Robert Laffont, 1960, p . 180 (Guersant, 1954, 415).

2ELLUL, Jacques, Le bluff technologique, Paris, coll. Pluriel, 2012, 768 p.

3SIMONDON, Gilbert, Du mode d’existence des objets techniques, Paris, Aubier, 1989, XIV-336 p., première édition 1958).

régulation par les États laissent les GAFA indifférents. Mais, en même temps, la Commission européenne publie un Livre blanc sur la souveraineté numérique

4 et fait adopter un règlement général sur la protection des données5 très protecteur, le Parlement légifère « Pour une République numérique »6, la Commission nationale informatique et libertés organise un débat public sur les enjeux éthiques que soulèvent les algorithmes et l’intelligence artificielle7, les comités d’éthique multiplient mises en garde et recommandations8, les penseurs de la technocritique9, insistant sur les usages, réintègrent la technique, constitutive de l’homme même, dans le processus d’hominisation. Les questions abondent, qui exigent des réponses approfondies : Que nous apprend l’histoire des techniques ? Miniaturisation, contrôle et stockage des données, manipulations génétiques, quelle responsabilité du savant, de l’ingénieur, du chirurgien, du généticien, du juriste, de l’homme politique ? À nouvelles technologies, nouveaux usages : comment se les réapproprier ? Que deviennent les valeurs de liberté, de démocratie, d’état de droit face à Google ou à Tencent ? Quel contrôle démocratique exercer sur les nouveaux maîtres des technologies : comment conserver une souveraineté nationale ? Le progrès, illusion dangereuse pour l’humanité ou promesse d’un avenir meilleur ?

Pour répondre à ces questions, il faut d'une part comprendre le système cérébral humain et d'autre part le comparer aux modèles de calcul introduits jusqu’à présent. En 1936, Allan Turing définit un système de calcul communément appelé machine de Turing. Les systèmes informatiques et par conséquent l'intelligence artificielle sont basés sur cet archétype calculatoire. Les tentatives pour dépasser un tel modèle ont donné naissance à des paradigmes qui soit sont, au mieux, aussi performants, soit se sont heurtés aux limites de la physique théorique. S’appuyant sur le modèle de Turing, la thèse d’Alonzo Church - « tout ce qui est calculable est calculable par la machine de Turing » - conduit à une question : les neurosciences ont-elles un modèle cérébral permettant de simuler une machine de Turing ? Nous savons qu'il existe des problèmes non calculables comment les définir sous un angle neuroscientifique ? Ces questions nous ramènent au problème de la conscience.

4Livre blanc sur la souveraineté numérique, une approche européenne axée sur l’excellence et la confiance, COMMISSION EUROPEENNE, Com (2020) 65 final, 19/02/2020, 31 p.

5Rectificatif au Règlement (UE) 2016/679 du Parlement européen et du Conseil du 27 avril 2016 relatif à la protection des personnes physiques à l’égard du traitement des données à caractère personnel et à la libre circulation de ces données et abrogeant la directive 95/46/CE (règlement général sur la protection des données), Journal officiel de l’Union européenne, L 127 2 du 23 / 05/ 2018.

6Loi 2016/1321 du 7 octobre 2016 pour une République numérique, Journal officiel de la république française, n° 235 du 8 octobre 2016.

7CNIL, Comment permettre à l’homme de garder la main ? Les enjeux éthiques des algorithmes et de l’intelligence articielle, synthèse du débat public animé par la CNIL dans le cadre de la mission de réflexion éthique confiée par la loi Pour une République numérique, décembre 2017, 80 p.

8Par exemple, COMITE CONSULTATIF NATIONAL D’ETHIQUE, Position du CCNE sur le décret 2020-384 du 1er avril 2020 (17 avril 2020) ; Contribution du Comité consultatif national d’éthique à la révision de la loi de bioéthique 2018-2019 (25/09/2018) ; Données massives et santé : état des lieux, prospective et nouvelles questions éthiques (29/05/2019). COMITE NATIONAL PILOTE D’ETHIQUE DU NUMERIQUE, « Enjeux d’éthique liés aux outils numériques en télémédecine et télésoin dans le contexte de la Covid 19 », Bulletin de veille n° 3, 21/07/20.

9Par exemple, STIEGLER, Bernard, La Technique et le Temps, 3 volumes, 1. La faute d’Épiméthée ; 2. La Désorientation ; 3. Le Temps du cinéma et la Question du mal être ; suivi de Le nouveau conflit des facultés et des fonctions dans l’Anthropocène, Paris, Fayard, 2018, 970 p.

Appel à communication

Sur le fondement de cette note thématique, la Conférence nationale entendra plusieurs conférences et réfléchira, au sein d’ateliers thématiques organisés en fonction des questions posées dans le texte d’orientations, à partir de communications d’une vingtaine de minutes suivies de dix minutes de débats. Les communications, enrichies par les débats, seront rassemblées dans un ouvrage publiés dans la collection Akademos de l’Institut de France.

Les intentions de communication sont attendues pour le 30 mai 2021 au plus tard. D’une longueur d’environ 1 000 signes, elles présenteront brièvement l’intention de leur auteur. Elles seront examinées par un comité de lecture de l’Académie des sciences Arts et Belles-Lettres de Caen. Les communications retenues seront réparties entre communications prononcées et communications publiées sous forme de documents complémentaires. Le comité de lecture transmettra ses propositions aux auteurs pour le 30 juin 2021. Les contributions écrites seront envoyées au secrétariat de l’académie de Caen avant le 30 avril 2022 pour être multipliées et insérées dans les dossiers individuels des participants à la conférence. Les versions définitives, enrichies ou non par les débats en ateliers, feront retour au secrétariat de l’Académie pour le 15 novembre 2022 afin d’être publiées au printemps 2023.

Merci de fournir une version numérique (word ou .odt) et un tirage papier.

Les correspondances sont à adresser à

Académie des Sciences Arts et Belles-Lettres

Hôtel d’Escoville

12, place Saint-Pierre

14 000 CAEN

Adresse de messagerie :

accaen.ascabl@orange.fr

Le président de l’académie de Caen

Vice-président de la CNA 2021-2022

Henry Delisle

 

 

 

Lettre n° 20 – 20 avril 2021

 

Belle affluence pour cette dernière réunion du mois de mars.

Le président Jean-Pierre Centi s’en réjouit, et accueille chaleureusement les invités de Pierre Dussol, notre conférencier : Mmes Jane Deste et Josyane Descotes, MM Michel de Casanove, Philippe Coutiaux et Bernard Martin-Vignes, ainsi que Mme Françoise Langlois, invitée de Jacques Maleyran.

 

Il nous donne quelques informations :

-Le château de Lourmarin sera privatisé du 26 avril au 6 mai. Il servira en effet de décors pour un film sur Catherine de Médicis dont certaines scènes seront tournées sur place.

C’est une bonne nouvelle pour le château, aussi bien du point de vue financier après une année difficile, qu’en ce qui concerne son rayonnement national et international.

 

-Un groupe de travail bibliothèque s’est réuni en début de semaine. À cette occasion, des chiffres satisfaisants ont été donnés en ce qui concerne la fréquentation de la bibliothèque : elle a enregistré en 2020, malgré la Covid, 86 consultations en « présentiel », dont 32 demandes d’académiciens. Bien qu’il y ait eu un ralentissement, ces chiffres révèlent que notre bibliothèque est un outil précieux au service de l’intérêt général. Le travail de catalogage se poursuit, en un an ce sont près de 600 ouvrages qui ont été catalogués et indexés. À noter enfin que les bibliothèques données par la Méjanes sont arrivées, elles commencent à se remplir.

-Le président rappelle que nous avons maintenu le calendrier initial en ce qui concerne les vacances de printemps. Les séances hebdomadaires s’interrompent donc pour deux semaines.

Le prochain rendez-vous est fixé au 11 mai.

Avant de passer la parole au conférencier, notre confrère Pierre Dussol, Jean-Pierre Centi souligne qu’à travers son président, c’est l’ARPA que nous avons le plaisir de recevoir aujourd’hui.

L’Association pour la restauration et la sauvegarde du patrimoine du pays d’Aix partage avec l’Académie d’Aix des buts et des valeurs communes. Fondée en 1981, l’ARPA défend et promeut le patrimoine bâti ancien dans la ville d’Aix-en-Provence et dans le Pays d’Aix.

 

Le titre de la communication du jour Les oratoires du pays d’Aix, du symbolisme religieux au décor urbain figure parfaitement l’une des principales actions de cette association dont les missions annoncées sont : la restauration des statues, des oratoires, mais aussi des portes, des heurtoirs, des façades ; l’animation de manifestations mettant en valeur la richesse du patrimoine aixois ; une action de conseil auprès des différents acteurs privés susceptibles d’intervenir sur le bâti ancien ; la publication d’ouvrages et de brochures d’information. À noter la récente édition d’un bel ouvrage : Oratoires d’Aix-en-Provence et du Pays d’Aix — un parcours promenade à la découverte de 120 oratoires à travers le Pays d’Aix. (disponible en librairie au prix de 15 €).

C’est à ce parcours que nous convie aujourd’hui Pierre Dussol, l’auditoire est séduit, les photos partagées nous dévoilent la variété et la richesse de ces traces d’un passé aixois s’étendant, en ce qui concerne les oratoires, du Moyen-âge au XIXe siècle.

 

Prochaine séance : mardi 11 mai à 17 h, sur Zoom, communication de Mme Annick Duperray,

Le sud des États-Unis et sa littérature : du particularisme au mythe.

 

 

 

 

Lettre n° 19 – 13 avril 2021

 

Ouvrant la séance devant une nombreuse assistance, malgré quelques difficultés d’accès, le président Jean-Pierre Centi salue tout particulièrement les invités de Jean-Louis Charlet, conférencier du jour : M. François Moureau professeur émérite à la Sorbonne que notre confrère présente comme un grand spécialiste du XVIIIe siècle, auteur de plusieurs publications sur l’abbé Rive ; Pierre Ferrand, conservateur à la Méjanes, en charge du fonds ancien, et Gaëlle Neuser, bibliothécaire au musée Arbaud.

 

Jean-Pierre Centi nous donne des informations sur la vie de l’Académie :

– Nous avons reçu un bel ouvrage, publié par notre confrère correspondant tunisien, M. Abdelmajid Ennabli, archéologue et historien, que notre président remercie chaleureusement. Le titre de cet ouvrage est : Carthage, les travaux et les jours, recherches et découvertes 1831-2016, dans la collection Études d’antiquités africaines. CNRS Éditions.

 

– Le voyage en Tunisie, déjà remis, reste fixé pour la deuxième quinzaine de septembre 2021

(il semble prudent à présent de préciser l’année !).

 

Les commissions sont au travail :

La commission des prix se réunira à nouveau le 21 avril. Malgré une année compliquée pour l’édition, une dizaine de titres, tous intéressants, sont encore en lice.

L’équipe de rédaction du dictionnaire des Aixois est aussi au travail. Les rédacteurs, parfois victimes des actuelles restrictions à l’accès des bibliothèques et archives, rédigent et transmettent leurs notices.

 

Les demandes de subventions sont en préparation, une souscription sera lancée lorsque nous aurons une vision plus précise de la date de parution.

 

Le moment étant venu, le président donne la parole au conférencier, Jean-Louis Charlet pour une captivante et valorisante communication pour l’Académie et la bibliothèque patrimoniale.

Notre confrère l’a intitulée L’abbé Rive et Mirabeau ; de la politique et des livres où il est notamment question d’une lettre inédite de Rive à Mirabeau ; lettre que nous avons la chance de posséder au musée Arbaud, mais où l’on parle aussi de bibliophilie et de trésors dont nous suivons les cheminements supposés avant leur acquisition par Paul Arbaud.

Jean-Louis Charlet illustre largement ses explications de photographies prises pour nombre d’entre elles par Bernard Terlay, mais aussi d’un portrait inédit de l’abbé Rive (ci-contre). La discussion passionnée qui suit nous confirme l’intérêt de l’auditoire pour les livres et leur histoire.

 

Le conférencier nous incite à prendre conscience des richesses de notre bibliothèque et à la soutenir.

Prochaine séance : mardi 20 avril à 17 h, sur Zoom, communication de Pierre Dussol, Les oratoires du pays d’Aix, du symbolisme religieux au décor urbain.

 

 

 

Lettre n° 18 – 6 avril 2021

 

Ouvrant cette nouvelle séance en visioconférence, le président Jean-Pierre Centi adresse aux membres présents des paroles de confiance et d’espoir. Il constate que malgré la situation

sanitaire, toutes les difficultés et contraintes qu’elle engendre, l’Académie d’Aix a résisté et continue coûte que coûte à avancer. Les commissions sont au travail, il remercie tous ceux qui les font vivre.

 

Nous  débutons  aujourd’hui  le  troisième  trimestre  académique,  le  secrétaire  perpétuel  Jean-Luc Kieffer, revient sur le programme des conférences :

Le  Bureau  a  pris  la  décision  de  ne  pas  tenir  compte  du  changement  de  calendrier  des  vacances scolaires annoncé il y a quelques jours par les autorités. Nous conserverons donc la

programmation initiale des dates de vacances (du 24 avril au 10 mai).

Nous pourrons donc entendre comme annoncé Jean-Louis Charlet le 13 avril, Pierre Dussol le 20, puis au retour des vacances, le 11 mai, notre consœur Annick Duperray.

La séance publique du 18 mai ayant été reportée en janvier 2022, nous tiendrons une réunion statutaire durant laquelle nous nous pencherons à nouveau sur les modifications du règlement intérieur avant de les soumettre au vote.

Le  Dr  Bernard-Vincent  Mathieu  interviendra  le  25  mai,  Bernard  Terlay  évoquera  le  1ᵉʳ  juin quelques métamorphoses de la ville d’Aix.

Enfin, nous gardons l’espoir de nous réunir,

peut-être, à Lourmarin pour la séance de clôture le 8 juin.

 

Jean-Luc Kieffer rappelle que les secrétaires de séance attendent des conférenciers un tirage papier du texte de leur communication.

Notre consœur Dominique Mazel, qui avait proposé d’effectuer le 8 avril une première présentation, au musée Arbaud, du fonds iconographique de la famille Mirabeau, a été contrainte de déplacer ce rendez-vous au 29 avril. Rappelons que d’autres visites se dérouleront par groupes de huit

personnes. Il convient de s’inscrire impérativement auprès de Gaëlle Neuser

g.neuser@mus-bib-paularbaud.fr

 

Jean-Pierre Centi reprenant la parole nous informe de la fermeture de la bibliothèque durant deux semaines. Dominique Mazel répondra néanmoins aux éventuelles urgences.

 

Il annonce l’ouverture officielle du nouveau site Internet de la Conférence nationale des académies. www.academies-cna.fr vous êtes invités à vous y rendre.

Le site comporte une partie « Espace privé » protégée  par  le  mot  de  passe CNAnn21!    Ce  mot  de  passe,  qui  a  été

communiqué  aux  membres titulaires par la C.N.A, ne doit, nous disent-ils, en aucun cas être remis

aux « non-membres ».

Il est à noter que le colloque parisien organisé par la C.N.A. sur le thème de l’Intérêt public aura lieu les 1ᵉʳ et 2 octobre.

 

Le  président  donne  alors  la  parole  à  notre  confrère  Philippe  Malburet  pour  une  captivante communication  sur  les  cadrans  solaires.  Il  est  donc  question  du  temps  qui

passe,  celui  que  les hommes ont toujours voulu mesurer pour structurer leur vie.

Nous découvrons ici les principes de fonctionnement,  mais  aussi  les  méthodes  d’utilisation  de  ce  mystérieux outil  qui  se  révèle  assez complexe.

Prochaine séance : mardi 13 avril à 17 h, sur Zoom, communication de Jean-Louis Charlet :

L’abbé Rive et Mirabeau ; de la politique et des livres.

 

 

 

 

Lettre n° 17 – 30 mars 2021

 

La séance du mardi 30 mars était principalement dédiée à l’examen des « modifications du règlement intérieur de l’Académie ».

Il avait été envoyé pour examen la semaine précédente à l’ensemble de nos membres. Pour des raisons techniques, l’accès à la plateforme Zoom se révéla difficile, voire impossible pour certains participants. C’est donc devant une assistance clairsemée, et beaucoup de retard que le président Jean-Pierre Centi ouvre la séance.

 

À sa demande, le secrétaire perpétuel Jean-Luc Kieffer présente les articles modifiés, expliquant pour chacun la raison du changement proposé. Il s’agit le plus souvent de mettre dans les textes des pratiques qui se sont imposées au fil du temps quant à la vie de l’Académie et notamment la tenue des séances ; du temps imparti aux conférenciers pour présenter leur communication ; de l’éloge qui doit être prononcé lors du décès des membres honoraires ; du rôle spécifique des conservateurs du musée et de la bibliothèque patrimoniale ; de la tenue des élections. La reconnaissance de deux nouvelles commissions : de communication (interne et externe), de maintenance.

 

Notre confrère Albert Giraud fait part de son avis sur l’ensemble de ces points et suggère de revoir la rédaction de quelques articles.

Compte tenu du peu de participants, et des quelques aménagements à apporter au texte, le vote prévu n’a pas eu lieu, il se déroulera dans quelques semaines.

Jean-Luc Kieffer évoque le programme du dernier trimestre académique en confirmant que les séances publiques de réception comme membre titulaire de notre consoeur Marie-Jeanne Coutagne et de Jacques Maleyran sont reportées en décembre 2021 et janvier 2022. À noter aussi que le 13 avril nous entendrons Jean-Louis Charlet « Mirabeau et Rive : politique et biographie » qui a accepté un échange avec Pierre Dussol qui parlera donc le 20 avril.

 

La tenue de la séance de clôture du 8 juin dépendra de la réouverture du château de Lourmarin.

Jean-Pierre Centi, reprenant la parole, fait le point sur la deuxième tranche des travaux au musée Arbaud, et confirme que ceux-ci commenceront en juin.

Il annonce la naissance d’une nouvelle association : Les Amis de l’Académie d’Aix et du musée Arbaud. C’est un projet qui a reçu l’accord du Bureau. Le but de cette association est d’aider l’Académie dans ce qu’elle est et dans ce qu’elle fait, ainsi que de mettre en valeur le musée Arbaud.

 

Il passe la parole à son tout premier président, Jacques Maleyran, qui avec la fougue et l’enthousiasme que nous lui connaissons présente cette association dont l’assemblée générale constitutive s’est tenue le 25 mars, et dont les statuts viennent d’être déposés.

Une toute nouvelle structure, autonome vis-à-vis de l’Académie, que seront invités à rejoindre tous ceux qui s’intéressent à nos travaux et à ce que représente notre compagnie ; ceux qui souhaitent aider le musée Arbaud à prendre la place qu’il mérite.

La revue numérique Les Échos de l’Académie sera l’interface entre l’Académie et les Amis …

 

Le président lève la séance en souhaitant de bonnes fêtes de Pâques aux membres de confession chrétienne.

Prochaine séance : mardi 6 avril à 17 h, sur Zoom, communication de Philippe Malburet : Les cadrans solaires.

 

 

 

 

Lettre n° 16 – 23 mars 2021

 

En l’absence du président Jean-Pierre Centi, c’est le premier vice-président Jean-Jacques Lecomte qui ouvre la séance. Il se réjouit de la nombreuse assistance venue sur Zoom, participer à notre rencontre hebdomadaire.

Il salue plus particulièrement M. Pierre Fernandez, invité du conférencier, puis donne la parole à Jean-Luc Kieffer, secrétaire perpétuel.

 

Notre confrère nous annonce l’envoi prochain du programme des conférences du troisième trimestre. Celui-ci reste néanmoins affecté par une incertitude concernant la tenue des deux réceptions comme membre titulaire de notre consoeur Marie-Jeanne Coutagne, et celle de notre confrère Jacques Maleyran qui demandent notre présence « réelle ». Rappelons que ce sont des séances publiques. Si comme cela est à craindre, le relâchement des règles sanitaires n’est pas encore intervenu, elles seront reportées à la rentrée.

 

La date de la séance de clôture de l’année académique à Lourmarin a été fixée au 8 juin, sous réserve de levée des restrictions sanitaires.

Jean-Luc Kieffer remercie Philippe Malburet qui a accepté de remplacer le mardi 6 avril notre confrère correspondant de Nice, le Dr Bernard Mathieu, empêché pour cause de confinement.

 

Un projet de modification du règlement intérieur de l’Académie a été envoyé à l’ensemble des membres de notre compagnie. Nous vous remercions d’en prendre connaissance, il sera présenté et soumis au vote mardi prochain 30 mars lors de la séance ordinaire à 17h, sur Zoom. Le vote se fera à main levée, les membres titulaires et honoraires non disponibles sont invités à envoyer un courriel de procuration au nom du confrère de leur choix au président jeanpierrecenti@hotmail.fr

Jean-Jacques Lecomte invite alors notre confrère Max Michelard à prendre la parole.

 

Mais qu’est-ce que le temps ? C’est à cette question que le conférencier tente de répondre en 40 minutes malgré l’étendue vertigineuse du sujet. Max Michelard choisit de traiter du temps de la science, sans s’interdire quelques digressions vers le temps des philosophes. Une communication savante qui subjugue l’auditoire.

 

Prochaine séance, mardi 30 mars à 17 h sur la plateforme zoom, examen et vote des modifications proposées pour notre règlement intérieur.

 

À Lourmarin : un avant-programme du Festival des musiques d’été 2021 est publié.

Vous pouvez dès à présent réserver les dates des concerts au 04 90 68 15 23.

Dès à présent sur vos agendas :

-lundi 12 juillet à 21h. Soirée inaugurale, récital de piano Mika Akiyama

-jeudi 15 juillet, soirée spéciale centenaire de la restauration du château.

À noter : à partir du 15 mai, une exposition sur le Centenaire de la renaissance du château de Lourmarin 1921-2021. En effet, il y a 100 ans, commençait l’aventure de la restauration du château par Robert Laurent-Vibert.

 

 

 

 

Lettre n° 15 – 16 mars 2021

 

En ouverture de séance, le président Jean-Pierre Centi rappelle que nous « fêtons » un bien triste anniversaire avec une année de confinement plus ou moins sévère selon les moments, mais qui a durablement affecté notre vie quotidienne. Heureusement, nous sommes nombreux et souriants, derrière nos écrans, déterminés à faire vivre l’Académie d’Aix.

Jean-Pierre Centi nous donne quelques informations :

Nous avons reçu le nouveau Bulletin de l’académie de Moustiers, un millésime 2021 qui bénéficie d’un nouveau format permettant de mettre en valeur les illustrations. Ce bulletin rassemble d’une part les conférences qui ont été présentées pendant l’année, mais aussi les travaux et études de ses membres. Il est consultable à la bibliothèque, mais aussi peut être commandé ici : https://www.academie-de-moustiers.com/publications.html

Mme Danièle Antonelli, conservatrice du château de Lourmarin, et présidente des Amis de Lourmarin a fait don à l’Académie du Grand dictionnaire historique Moreri, édition de 1740 en 8 volumes. Il est considéré comme le premier dictionnaire français des noms propres, une encyclopédie très riche sur les plans géographique et historique, qui a bénéficié de nombreuses éditions. Le président remercie chaleureusement notre consoeur.

Notre programme a subi à nouveau quelques modifications. En effet, mardi prochain 23 mars, nous entendrons une communication de notre confrère Max Michelard, et lors de la séance du mardi 30 mars, nous tiendrons une assemblée générale réservée à l’examen les modifications au règlement intérieur de notre compagnie, proposées par le Bureau de l’Académie. Le projet sera envoyé quelques jours avant afin de nous permettre d’en prendre connaissance.

Le moment étant venu, la parole est donnée au conférencier. Le Dr Gilbert Schlogel présente aujourd’hui une communication qu’il devait donner il y a juste un an, mais qui a été reportée pour les raisons que nous connaissons. Il se penche ici sur l’histoire de l’hygiène sociale et des problèmes posés à l’époque contemporaine.

C’est avec la distance et l’humour que nous lui connaissons que notre confrère aborde ce sujet, s’intéressant plus particulièrement à l’utilisation, ou pas, des toilettes, mais aussi de la toilette. Il apparaît en effet que c’est une notion qui a beaucoup évolué au fil du temps et selon les civilisations. Les très nombreuses images qui défilent sur notre écran mettent notamment en avant les grandes inégalités d’accès au minimum de confort nécessaire pour assurer l’hygiène. La discussion qui a suivi a montré l’intérêt de chacun pour ce sujet prosaïque, mais universel.

Prochaine séance, mardi 23 mars à 17 h sur la plateforme zoom,

 

 

 

Lettre n° 14 – 9 mars 2021

 

C’est en soulignant le caractère exceptionnel de cette réunion que le président Jean-Pierre Centi ouvre la séance hebdomadaire. La conférence, en effet, sera donnée en direct depuis le Japon par un membre correspondant M. Hirotaka Ogura, professeur à l’université Sophia de Tokyo.

Malgré le décalage horaire qui ne lui est pas favorable, notre confrère a accepté d’intervenir sur la plateforme Zoom très tard dans la soirée.

Jean-Pierre Centi salue M. et Mme Allabert invités du conférencier, et lui passe immédiatement la parole. À noter que Claire Allabert est la nièce de notre regretté confrère Jean-François Maurel.

 

Hirotaka Ogura, professeur de littérature française, travaille notamment sur le théâtre français du XVIe et du XVIIe siècle, et en particulier Jean Racine. Il a soutenu une thèse ayant pour titre : La rhétorique du "naturel", limites et transgressions : étude sur le langage dramatique des pièces mythologiques et bibliques de Racine.

 

Sa communication, intitulée Aspect dissimulé de l’Athalie racinienne s’intéresse ici à la dernière pièce écrite par Jean Racine en 1691, qui ne fut jamais représentée de son vivant : Athalie, tragédie que l’orateur qualifie d’énigmatique, mais aussi d’édifiante tout en étant déroutante voire subversive. Notre confrère captive son auditoire, la discussion qui suit la conférence montre l’intérêt pour les questions qui se posent encore autour de ce morceau du patrimoine français.

Jean-Pierre Centi reprend la parole pour quelques annonces sur la vie de l’Académie.

 

- Lors de sa réunion du 19 février, le Bureau a décidé que, compte tenu de la situation sanitaire, il n’y aurait pas d’élections cette année. Cela concerne les membres associés qu’il serait impossible de recevoir et de présenter, mais aussi les membres titulaires. En effet, nous n’avons pas eu de passage à l’honorariat cette année, il n’y a donc pas de fauteuil disponible.

 

- Des modifications ont été apportées dans le règlement intérieur de notre compagnie. Elles seront présentées lors d’une prochaine réunion.

 

- Dans la précédente lettre hebdomadaire, nous faisions échos à la proposition de notre consoeur Dominique Mazel de faire une présentation, au musée Arbaud, du fonds iconographique correspondant à la famille Mirabeau. À cette fin, nous procéderons par petits groupes de huit personnes, dans le respect des restrictions sanitaires. Les présentations se succéderont à raison d’un groupe par semaine (hors vacances scolaires).

 

La première séance est prévue le jeudi 8 avril, puis notre consoeur propose le 15 et 22 avril, puis les 20 et 27 mai, toujours à 14h 30. Il convient de s’inscrire au préalable, et impérativement, auprès de Gaëlle Neuser. g.neuser@mus-bib-paularbaud.fr

 

Une journée sur le thème de l’éducation devait être organisée à Mâcon par la Conférence nationale des Académies. Déjà repoussée, elle est définitivement annulée.

Prochaine séance, mardi 16 mars à 17 h sur la plateforme zoom, nous entendrons une communication de notre confrère Gilbert Schlogel : Histoire de l’hygiène sociale et des problèmes posés à l’époque contemporaine.

 

 

 

Lettre n° 13 – 16 février 2021

 

 

Pour cette dernière réunion avant les vacances académiques d’hiver, nous sommes venus nombreux rejoindre la plateforme Zoom, malheureusement quelques membres de notre compagnie rencontrent encore quelques difficultés à se connecter. Qu’ils n’hésitent pas à demander des conseils, il s’agit souvent de simples réglages à opérer, notre équipe peut les aider.

 

Le président Jean-Pierre Centi, ouvrant la séance, souhaite aujourd’hui mettre en valeur la bibliothèque de l’Académie d’Aix, il rappelle la modernisation et la richesse de l’Arbaudenco et remercie notre consoeur Dominique Mazel qui supervise avec talent et une grande expertise le travail remarquable de catalogage qui est accompli par Gaëlle Neuser et Amélie Ferrigno.

 

Il nous annonce que Dominique Mazel propose de faire une présentation sur place du fonds iconographique correspondant à la famille Mirabeau. À cette fin, nous procéderions par des petits groupes de huit personnes, dans le respect des restrictions sanitaires. Les présentations se succéderaient sur six semaines à raison d’un groupe par semaine.

 

La première séance est envisagée pour le 8 avril. Il faudra s’inscrire au préalable auprès de Gaëlle Neuser afin de confirmer la constitution des différents groupes.

g.neuser@mus-bib-paularbaud.fr

 

Le secrétaire perpétuel, Jean-Luc Kieffer, nous rappelle que la séance de rentrée, le mardi 9 mars s’ouvrira dès 16 h afin de permettre au conférencier, notre confrère correspondant au Japon le professeur Hirotaka Ogura de faire sa communication le moins tard possible pour lui, compte tenu du décalage horaire. Il sera minuit à Tokyo.

 

Il est alors temps d’entendre la communication de Jean-Claude Gautron, Dali, un excentrique.

Notre confrère laisse parler l’artiste, c’est Salvador Dali lui-même qui s’adresse à nous. Nous suivons, depuis son enfance à Figueras jusqu’à sa disparition en 1989, cet artiste emblématique du mouvement surréaliste, à travers ses thèmes de prédilection : le rêve, la sexualité, le pain, sa femme Gala et Cadaqués, mais aussi la religion. Une communication originale, étonnante qui nous permet de découvrir, à travers l’exubérance de son oeuvre, l’immense talent d’un artiste, une personnalité complexe.

 

Prochaine séance : mardi 9 mars dès 16 h sur la plateforme zoom, nous entendrons une communication de notre confrère Hirotaka Ogura, professeur à l’université Sophia de Tokyo, qui aura pour titre : Aspect dissimulé d’Athalie.

 

 

 

 

 

 

 

Lettre n° 12 – 9 février 2021

 

Le président Jean-Pierre Centi ouvre la séance à 17h précise en présence d’une quarantaine de membres présents.

Il rappelle que dans le programme élaboré en début d’année académique il était prévu aujourd’hui la réception officielle de notre confrère Jacques Maleyran, mais que la situation sanitaire nous a obligé à remettre cette séance publique à plus tard.

Il remercie l’impétrant d’avoir si aimablement admis ce report, et notre confrère Albert Giraud d’avoir accepté d’avancer son intervention.

Le président excuse l’absence de notre secrétaire perpétuel empêché.

 

Il nous indique que malgré la situation, les commissions fonctionnent malgré tout. La commission des prix se réunira sur Zoom le 17 février, les consultations se poursuivent en ce qui concerne les travaux, le dictionnaire avance.

 

Nous vous donnions la semaine dernière des nouvelles de la Conférence nationale des académies en vous transmettant la Lettre des académies, à présent trimestrielle.

 

Le Bureau de la CNA nous annonce la parution prochaine de l’ouvrage : Éducations, aux enfants du siècle réalisé sous la direction de Christiane Roederer, membre de l’Académie d’Alsace, avec une préface de Xavier Darcos chancelier de l’Institut.

Dans sa présentation, Mme Roederer rappelle qu’Éduquer, enseigner, expliquer, former, initier(sont)des termes qui ont chacun leur sens et leur histoire.

Plus d’une vingtaine d’auteurs (dont notre confrère Philippe Malburet), ont pris la plume pour partager leur expérience, leur critique et leurs propositions dans plusieurs chapitres à partir de l’Histoire de l’éducation jusqu’aux voies nouvelles ouvertes par le numérique. Aborder ce sujet récurrent alors que sévit une pandémie qui touche si durement les élèves et les étudiants semble être une initiative bienvenue. Un bulletin de souscription est joint à cette lettre afin de vous permettre d’acquérir ce livre aux meilleures conditions.

L’annuaire des membres titulaires des académies fait l’objet d’un numéro spécial d’AKADEMOS.

 

La version numérique de cet annuaire est disponible sur le site www.inter-academies.fr/infos-akademos le mot de passe réservé aux membres des académies pour consulter cet annuaire est CNAnn21! À noter qu’en suivant ce lien, vous bénéficierez d’un numéro spécial d’AKADEMOS contenant, notamment, un très intéressant article de notre confrère Régis Bertrand sur Le tombeau d'Adolphe Thiers au cimetière du Père-Lachaise.

 

Notre confrère Albert Giraud prend alors la parole. Il donne sa communication : La fête au village en Provence intérieure (1870-1914), depuis le musée Arbaud où un petit studio a été improvisé sous le portrait de Peiresc. Malgré quelques difficultés liées essentiellement à l’instabilité du débit Internet, le conférencier, qui s’intéresse ici plus particulièrement aux fêtes des villages du Centre Var, introduit son propos en proposant une devinette cinématographique à l’assemblée.

 

Les auditeurs montreront, lors de la discussion qui suit la conférence, leur vif intérêt pour l’évocation de cette période (1870-1914), qui voit la fin des terroirs et le passage au monde moderne.

 

Prochaine séance : mardi 16 février à 17h, sur ZOOM, nous écouterons une communication de Jean-Claude Gautron : Dali, un excentrique.

 

 

 

Lettre n° 11 – 2 février 2021

 

Le président Jean-Pierre Centi accueille la nombreuse assistance de cette séance du mardi avec de confraternelles salutations, laissant rapidement la parole au secrétaire perpétuel, Jean-Luc Kieffer qui a des paroles d’espoir en évoquant l’avenir, le jour où nous pourrons nous retrouver au musée Arbaud … Dans l’immédiat il nous confie se débattre avec la mise au point du programme des communications du 3e trimestre.

 

Il rappelle à nouveau aux conférenciers qu’ils doivent impérativement transmettre une version papier de leur communication à nos secrétaires de séance, Mmes Madeleine Com et Marie-Clotilde Escalle qui assurent le résumé de leur intervention. Ce résumé est publié à présent dans les Échos de l’Académie et sur le site Internet.

 

Jean-Pierre Centi remercie ceux qui se sont acquittés de leur cotisation, ainsi que ceux qui vont le faire très vite. Un reçu fiscal va nous être envoyé par le trésorier, Jean-Marc Jarry, dans les jours qui viennent.

 

Notre confrère Jean-Yves Naudet a fait don à l’Académie de son dernier livre. Il s’agit du tome 4 de son travail sur La doctrine sociale de l’Église : une morale économique et sociale qui est publié aux PUAM dans la collection du Centre d’éthique économique. Rappelons les titres des volumes précédemment parus : Tome 1, Une éthique économique pour notre temps ; tome 2, Les « choses nouvelles » d’aujourd’hui ; tome 3, Une réponse pertinente aux désordres du monde.

Le livre est consultable à la bibliothèque, mais aussi en librairie.

 

Une réunion du Bureau s’est tenue en début de semaine. Il y a été notamment question des évolutions dont nous avons été informés et qui concernent la Conférence Nationale des Académies.

Dans un souci de meilleure connaissance des 33 académies qui la composent, de partage et d’échange entre elles, la CNA réalise, notamment, un nouveau site Internet et relance la Lettre des académies sous forme numérique. Elle aura pour mission de mieux faire connaître les activités de nos académies et de leurs membres, le premier numéro vient de paraître, vous le trouverez en annexe de cette lettre.

 

La parole est donnée au Prof. Louis Dubouis pour sa communication intitulée L’affaire Vincent Lambert, sous la toise du droit. Notre confrère traite ici, avec beaucoup de délicatesse, d’une affaire complexe, douloureuse, qu’il considère comme emblématique. L’auditoire est particulièrement attentif, la discussion qui suit montre l’intérêt d’un sujet qui touche à l’essentiel, laissant place à l'émotion.

 

Prochaine séance : mardi 9 février à 17h, sur ZOOM, communication de notre confrère Albert Giraud : La fête au village en Provence intérieure (1870-1914).

À Lourmarin : un rappel : le concert du pianiste Andreï Korobeinikov que nous pourrons entendre en concert avec l'Orchestre Philharmonique de Marseille (en ligne) le dimanche 7 février à 17h sur http://opera.marseille.fr/ (concert disponible jusqu’au dimanche 7 mars).

 

 

Lettre n° 10 – 26 janvier 2021

 

En ouverture de séance, le président Jean-Pierre Centi nous fait part de l’état des discussions et négociations financières préalables à la mise en route de la nouvelle tranche de travaux du musée Arbaud dont le démarrage est espéré en juin. Le respect du calendrier souhaité permettrait de vivre la prochaine rentrée de l’Académie dans de bonnes conditions.

 

L’association Les amis de Sainte-Victoire vient de publier son bulletin annuel. Les rédacteurs font une part significative au prix de vertu que nous leur avons décerné en 2020 (p.17 et 18). Ils nous remercient à nouveau pour cette distinction qui consolide encore les liens naturels qui lient nos deux associations.

 

Le secrétaire perpétuel, Jean-Luc Kieffer, remercie les conférenciers qui ont accepté de s’adapter à la situation en déplaçant leur intervention. A noter dès à présent que la séance du 9 mars sera avancée à 16h. afin d’atténuer un peu le décalage horaire que subira notre confrère correspondant Hirotaka Ogura pour sa communication. Il sera minuit au Japon.

 

Jean-Pierre Centi salue la présence, à l’écran mais néanmoins réelle, du Dr. Pierre Taudou membre associé de l’Académie depuis mars 2020. Notre nouveau confrère se présente rapidement et remercie notre assemblée de son accueil, il souhaite participer à nos travaux dès que possible.

 

Pierre Taudou est médecin, il a accompli une carrière hospitalière avant de la poursuivre dans l’Éducation nationale pour la terminer récemment comme médecin conseiller technique du recteur de l’académie d’Aix-Marseille. C’est aussi un juriste pourvu d’un doctorat d’État.

Sa thèse « Joseph-Jérôme Siméon, juriste et homme politique (1749-1842) » a été récompensée par notre prix Peiresc en 2006. Enfin, c’est un musicien qui a créé l’Ensemble vocal et instrumental Gaudete spécialisé dans la musique sacrée ancienne et baroque.

 

Vous avez reçu une liste, toujours provisoire, des personnalités retenues pour figurer dans le dictionnaire des Aixois. L’équipe des rédacteurs est au travail, n’hésitez pas à nous adresser vos commentaires et suggestions. lettre.academie@gmail.com

 

Le président passe alors la parole au Prof. Michel Ganzin notre conférencier du jour pour une passionnante communication intitulée L’éducation du citoyen républicain (1792-1875) examinant à partir de la nécessité ressentie à toutes les époques de l’éducation du citoyen, les réflexions d’Étienne Vacherot et Jules Barni, lecteurs de Condorcet.

 

Prochaine séance : mardi 2 février à 17h, sur ZOOM, communication du Prof. Louis Dubouis :

L’affaire Vincent Lambert sous la toise du droit.

 

À Lourmarin : En attendant de pouvoir écouter le pianiste Andreï Korobeinikov, qui fut boursier de l’Académie d’Aix, au château de Lourmarin en septembre 2021, vous pourrez l'entendre en concert avec l'Orchestre Philharmonique de Marseille, en ligne, le dimanche 7 février à 17h sur http://opera.marseille.fr/ (disponible jusqu’au dimanche 7 mars).

Franz Schubert, Symphonie n°8 Inachevée - Ludwig van Beethoven Concerto n°2 pour piano et orchestre en si bémol majeur. Direction Paolo Arrivabeni - Piano Andrei Korobeinikov

 

 

Lettre n° 9 – 19 janvier 2021

 

La séance ordinaire de l’Académie s’est ouverte en présence (virtuelle) d’une assistance nombreuse et attentive. Le président Jean-Pierre Centi prend la parole en évoquant ce chantier qui occupe depuis quelques mois des membres de notre compagnie : la réalisation du Dictionnaire des Aixois. Pointant des lacunes sur la communication autour de ce projet, il en rappelle la genèse :

 

Nous devons à notre confrère le Dr Bernard Guastalla l’idée de réaliser un dictionnaire des Aixois ayant été importants à une époque donnée pour la ville, et/ou ayant laissé une trace. Ce dictionnaire évoquera donc les Aixois illustres depuis la fondation d’Aquae Sextiae en 122 avant notre ère jusqu’à nos jours. Ils seront natifs d’Aix ou pas, c’est leur notoriété et leurs actes qui sont déterminants. Il est à noter qu’ils doivent être décédés pour figurer dans cet ouvrage.

Un comité de rédaction a été réuni pour lancer cette opération, une première liste de près de 850 noms établie, l’équipe est au travail mais elle a vocation à s’élargir aux membres titulaires, associés et correspondants qui souhaitent participer à cette aventure.

 

Jean-Pierre Centi insiste sur le caractère collégial de ce travail, ce dictionnaire est l’affaire de tous.

La liste va être envoyée à l’ensemble des membres. Ils seront invités à en prendre connaissance, à signaler les oublis et à proposer éventuellement de rédiger une ou des notices selon le cahier des charges établi avec Véronique Gimenez qui réalisera le livre. Dans l’idéal, il serait en librairie en fin d’année 2021.

Le président complète notre information en nous annonçant que la mairie d’Aix s’est montrée très intéressée par le projet.

 

Le moment étant venu, le président passe la parole à notre confrère Jean Donnadieu pour une communication intitulée La France et le Proche-Orient, le moment Michaud (1757-1839).

Jean Donnadieu, qui donne ici sa première communication, est membre correspondant de notre académie depuis 2018. Il a effectué une double carrière de haut fonctionnaire de la Police nationale, notamment comme inspecteur général de la Police nationale pour la région PACA et Languedoc Roussillon, mais aussi de chercheur, historien et latiniste avec, entre autres, la traduction d’un texte en latin Jacques de Vitry, histoire orientale Brépols 2008. À noter sa publication en 2014 d’une biographie : Jacques de Vitry (1175/1180-1240) Entre l'Orient et l'Occident : l'évêque aux trois visages chez Brépols et son travail sur Joseph-François Michaud, journaliste, poète et historien dont l’Histoire des Croisades, composée entre les années 1805 et 1830, le rend suffisamment célèbre pour le faire entrer à l’Académie française en 1813.

Notre confrère nous offre une visioconférence fort intéressante et très dense, avec toutes les difficultés engendrées par la distance entre le conférencier et son auditoire.

 

Les questions et commentaires qui ont suivi la communication ont très agréablement complété le propos, donnant indéniablement envie d’aller plus loin.

Prochaine séance : mardi 26 janvier à 17h, sur ZOOM, conférence du professeur Michel Ganzin : L’éducation du citoyen républicain (1792-1875).

 

 

Lettre n° 8 – 12 janvier 2021

 

Nous nous sommes à nouveau retrouvés cette semaine sur la plateforme Zoom pour la séance ordinaire de l’Académie. Fidèles au rendez-vous, nos consœurs et confrères ont ainsi pu mener, avec un évident plaisir, de fort sympathiques échanges.

Ce moment de convivialité a permis au président Jean-Pierre Centi de signaler la présence, pour la première fois, d’un nouveau confrère, Jean-Paul Kieffer, qui se présente en quelques mots : élu membre associé en 2020, il a achevé sa carrière professionnelle comme directeur de l’École des Arts et métiers d’Aix, couronnant ainsi une riche carrière universitaire, réalisée essentiellement au sein de l’université Paul Cézanne, devenue par fusion Aix-Marseille-Université. Ingénieur, il a notamment créé le département Génie industriel appliqué aux systèmes de production industrialisés. Polytech Marseille. Un bref échange avec notre secrétaire perpétuel, Jean-Luc Kieffer, nous montre qu’il n’existe, apparemment, pas de lien de parenté entre eux.

 

Jean-Pierre Centi nous rappelle que compte tenu des obligations sanitaires, les réunions hebdomadaires continuent de se dérouler par visio-conférence en attendant le retour à une situation normale. La technique est de mieux en mieux maîtrisée. Il rappelle que les commissions et groupes de travail peuvent tenir leurs réunions en utilisant la plateforme Zoom. Cela s’est déjà fait pour la commission des Prix et pour le comité de rédaction du Dictionnaire des Aixois.

En ce qui concerne la bibliothèque, la fréquentation se fait sur rendez-vous.

 

L’Académie a reçu un ouvrage publié à l’occasion de l’exposition patrimoniale que la Méjanes doit dédier à Germain Nouveau. C’est un très beau catalogue qui nous a été transmis par l’intermédiaire de Dominique Mazel. Notre consœur a finalisé le prêt par l'Académie de deux rares exemplaires d'un poème de Germain Nouveau, preuve s'il en est de la richesse de la Bibliothèque Arbaud.

Nous apprenons que M. Henri Lavagne d’Ortigue, membre d’honneur de notre compagnie, vient d'être nommé vice-président, au quai Conti, de l'Académie des inscriptions et belles-lettres. Toutes nos félicitations.

 

Rappelons enfin que le mois de janvier est celui de l’appel des cotisations, réglable de préférence par virement. Merci de vous reporter aux indications données dans la lettre n°7.

 

La parole est alors au conférencier. Notre confrère Jean-Yves Naudet donne une très complète et intéressante communication sur Claudio Jannet, académicien aixois, économiste à la Catho de Paris et membre de l’École d’Angers, qui nous permet de découvrir ou de mieux connaitre cet avocat, économiste et philosophe, figure attachante et brillante d’un Aixois, formé dans notre Faculté, à la brillante carrière universitaire que Charles de Ribbe, son contemporain dans notre académie, définit d’ailleurs dans un ouvrage qu’il lui a consacré, comme un économiste doublé d’un moraliste. Notre confrère Jean Bonnoit, archiviste, remercie le conférencier de l’avoir, avec cette communication, aidé dans son rôle de constitution et de complétude de nos archives.

 

Prochaine séance : mardi 19 janvier à 17h, sur ZOOM, conférence de Jean Donnadieu : La France et le Proche-Orient : le moment Michaud (1757-1839).

Remarques et suggestions à : lettre.academie@gmail.com

 

 

Lettre n° 7 – 5 janvier 2021

 

Le président Jean-Pierre Centi ouvre la première séance zoom de cette année 2021 en présentant des vœux pleins d’espérance pour les mois qui viennent malgré un contexte sanitaire incertain. Il se réjouit du dynamisme de notre compagnie qui poursuit ses activités grâce aux ressources numériques, et fait le point sur les actions en cours :

Le président mentionne notamment la restauration du rez-de-chaussée de l’Hôtel Arbaud pour laquelle le bouclage financier est sur le point de s'achever en corrélation avec la précision des devis, l’objectif étant de démarrer les travaux en juin 2021. De même est rappelée l’élaboration du Dictionnaire des Aixois, un travail collectif soutenu par la mairie d’Aix-en-Provence.

Le lancement de l’Association des Amis de l’Académie d’Aix et du Musée Arbaud est également en cours. Le catalogage et la numérisation du fonds Mirabeau forment un autre objectif, pour lequel une subvention sera demandée à la Fondation du Crédit Agricole qui se dit intéressée par cette opération. La restauration de la très belle statue de Marie-Madeleine est en cours avec le soutien des VMF et des généreux donateurs de l’Académie. Un tableau d’André-Bardon, artiste peintre du XVIIIe, devrait aussi être restauré avec le concours des VMF. Le développement des visites du musée est envisagé grâce au partenariat conclu avec des agences spécialisées dans les voyages patrimoniaux et musicaux. Aux séances publiques de réception programmées devrait s’ajouter une autre séance publique, vraisemblablement dans la salle des États de Provence. Est encore prévu un jumelage avec l’Académie de Naples, aux bons soins de notre confrère Jean-Louis Charlet. Quant aux sorties de l’Académie, le voyage en Tunisie est reporté à l’automne 2021, mais une sortie d’une journée est programmée à Vernègues fin mai grâce à notre confrère Jean-Marie Gassend.

Il souligne néanmoins que la réalisation de ces engagements peut être contrariée par les conditions sanitaires. Soyons tout de même confiants.

Le secrétaire perpétuel, Jean-Luc Kieffer, nous annonce quelques changements dans le programme du deuxième trimestre que vous avez reçu courant décembre. Vous trouverez en annexe la version révisée.

Il rappelle aux conférenciers qu’un exemplaire imprimé du texte de leur communication doit être impérativement adressé à la secrétaire de séance, notre consœur Marie-Clotilde Escalle.

Le mois de janvier est celui de l’appel des cotisations. Stable, elle est toujours fixée à 150 € pour les membres titulaires, 120 € pour les membres associés, 50 € pour les membres correspondants. Le RIB de l’Académie est joint à cette lettre afin de vous permettre de vous en acquitter. (merci de bien indiquer votre nom lors du virement)

 

Lors de la dernière séance de 2020, le 15 décembre, nous avions eu le plaisir de suivre une très belle et intéressante communication de Bernard Terlay qu’il avait intitulée Portraits oubliés d'un peintre aixois du XVIIIe siècle Claude Arnulphy 1698-1786.

Cette semaine, notre confrère Jean-Louis Charrière nous propose de découvrir des Textes antiques sur la Provence celto-ligure. Une très érudite communication que le conférencier réussit à mettre, non sans humour, à la portée de l’auditoire.

 

Prochaine séance : mardi 12 janvier à 17h, sur ZOOM, nous entendrons une communication de notre confrère Jean-Yves Naudet : Claudio Jannet, académicien aixois, économiste à la Catho de Paris et membre de l’École d’Angers.

Remarques et suggestions à : lettre.academie@gmail.com

 

 

 

 

 

 

Lettre n° 6 – 8 décembre 2020

 

 

La séance hebdomadaire s’est déroulée cette semaine encore à l’aide de la plateforme Zoom. Le président Jean-Pierre Centi, en ouvrant la réunion, constate avec plaisir que les conditions particulières qui nous sont imposées par la situation sanitaire n’entament pas l’assiduité des académiciens.

Le secrétaire perpétuel, Jean-Luc Kieffer, nous annonce l’envoi imminent du programme des activités de notre compagnie pour le 2ème trimestre.

 

-Il nous indique aussi que Amélie Ferrigno, bibliothécaire au musée Arbaud que nous connaissons peu car recrutée l’année dernière, nous a offert un exemplaire de sa thèse qui vient d’être publiée aux Presses Universitaires de Provence (P.U.P) dont le sujet est : Al Magnifico Agostino Chigi. Le mécène et l’imprimerie dans la Rome du début du XVIe siècle. Il est question ici d’un puissant marchand-banquier qui s’est également illustré dans un mécénat littéraire et éditorial peu étudié, mais pourtant tout aussi riche, qui plonge le lecteur au cœur d’une des pages les plus passionnantes de la civilisation du XVIe siècle, celle de la naissance du marché du livre imprimé et de l’édition.

-Il nous est rappelé que la plateforme Zoom est à la disposition des commissions et des groupes de travail. La commission des prix de l’Académie se réunira le 9 décembre à 17h.

 

Lors de la précédente séance, le mardi 1er décembre, Jean-Marc Jarry notre trésorier, nous avait présenté les comptes de résultats de l'année 2019-2020 de l’Académie et répondu aux nombreuses questions de nos confrères. Puis Max Michelard, président de la Fondation de Lourmarin, expliqua comment le château et toute son équipe avaient vécu durant cette année difficile. Il y fut question là aussi de budget, d’une saison d’été très réussie et de rayonnement culturel.

 

Cette semaine, le conférencier est notre confrère Jean-Marie Roux qui avec l’érudition que nous lui connaissons donne une passionnante communication : De l’église méconnue de la Colonie Güel, à la très connue Sagrada Familia : Gaudi, architecte religieux

 

Nous vous rappelons que le Bulletin de l’Académie 2019-2020 est paru. Il est disponible au musée Arbaud où chacun peut retirer son exemplaire auprès de Marie Janton. (du mardi au samedi de 9h 30 à midi ou l’après-midi sur rendez-vous tel. 04 42 38 38 95)

Comme nous vous l’indiquions précédemment, cette année, pour la première fois, il est possible de faire l’acquisition d’exemplaires supplémentaires au prix de 20 €.

 

Prochaine séance : mardi 15 décembre dès 16h 30, sur ZOOM : Présentation du budget prévisionnel par Jean-Marc Jarry, trésorier, puis notre confrère Bernard Terlay donnera une communication : Portraits oubliés d'un peintre aixois du XVIIIe siècle Claude Arnulphy 1698- 1786.

 

Vous rencontrez des difficultés à rejoindre les séances sur Zoom ? N’hésitez pas à demander de l’aide.

 

Remarques et suggestions à : lettre.academie@gmail.com

 

 

 

 

Lettre n° 5 – 24 novembre 2020

 

Le cycle des séances a repris le mardi 17 novembre, sur la plateforme ZOOM de l’Académie avec une communication du professeur Jean-Louis Bergel intitulée : Existe-t-il un Expressionnisme provençal ? Notre confrère, courageusement, avait accepté d’inaugurer cette nouvelle façon de nous réunir. Une quarantaine de membres nous ont rejoints, ce qui nous semble acceptable pour une première

 

Lors de la séance du mardi 24 novembre, nous avons eu le plaisir d’entendre une communication du Général Bernard Jouishomme ayant pour titre : Vauban en Provence et dans les Alpes du sud.

 

Avant de laisser la parole au conférencier, le Secrétaire perpétuel, Jean-Luc Kieffer, nous donne des informations sur la vie de notre compagnie.

-Le professeur Jean-Louis Charlet a offert son dernier ouvrage à la bibliothèque. Il s’agit d’un catalogue qui concerne le commerce en Méditerranée orientale développé par Colbert après 1659 pour développer le commerce de la France avec le Levant, et qui a pour titre : La principauté de Monaco et le commerce en méditerranée avec le Levant au temps des Luigini (XVIIe siècle, exposition de monnaies de prestige et de documents historiques ayant eu lieu du 22 au 25 octobre 2020. Le musée des Timbres et des Monnaies de Monaco éditeur.

 

-Les commissions de l’année académique 2019-2020 sont reconduites. Seule la commission des prix accueille un nouveau rapporteur : notre confrère Jacques Lafon en remplacement de M. François d’Izarny-Gargas.

-L’appel à contribution lancé par la Conférence Nationale des Académies en vue de son prochain colloque Paris 2021 qui se tiendra en octobre 2021 sur le thème de l’intérêt général, a amené quatre membres de l’Académie d’Aix à participer. Leur communication devra parvenir au plus tard fin mai prochain.

 

-Le Bulletin de l’Académie 2019-2020 est paru. Il sera disponible au musée Arbaud dès le 28 novembre où chacun pourra retirer son exemplaire auprès de Marie Janton. (du mardi au samedi de 9h 30 à midi ou l’après-midi sur rendez-vous tel. 04 42 38 38 95)

Cette année, pour la première fois, il sera possible, si on le souhaite, de faire l’acquisition d’exemplaires supplémentaires au prix de 20 €.

L’année académique ayant été sensiblement écourtée, notre bulletin annuel est cette année moins épais.

 

Prochaine séance : mardi 1er décembre à 17h, sur ZOOM : Présentation du budget prévisionnel par Jean-Marc Jarry, trésorier, puis Max Michelard, président de la Fondation de Lourmarin fera une présentation de la situation au château.

 

Lors de la séance du 8 décembre nous entendrons une communication de Jean-Marie Roux, et le mardi 15 décembre Bernard Terlay.

Vous rencontrez des difficultés à rejoindre les séances sur Zoom ? N’hésitez pas à demander de l’aide.

 

Lettre n° 4 – 15 novembre 2020

 

En raison des conditions sanitaires, la séance de rentrée de l’Académie, a dû être annulée. Le traditionnel dépôt de gerbe au Mausolée de l’Académie, au cimetière Saint-Pierre, a néanmoins été respecté, mais sans la présence d’académiciens. Notre compagnie a rendu hommage à cette occasion aux membres décédés en cours d’année : Mgr. Claude Feidt, MM. Maurice Bernard, Marc Fumaroli, Emmanuel Sechiari, Jean-Philippe Ravoux.

 

Pour les mêmes raisons, l’élection du nouveau Bureau s’est déroulée par correspondance, le dépouillement a été effectué le vendredi 13 novembre.

Ont été réélus : Président : Jean-Pierre Centi - Second vice-président : Bernard Mille - Trésorier-adjoint : Bertrand Morard – Secrétaire des séances : Marie-Clotilde Escalle – Secrétaire-adjoint : Madeleine Com, tous élus à l’unanimité : 31 voix.

N’étaient pas soumis au vote cette année : Premier vice-président : Jean-Jacques Lecomte – Trésorier : Jean-Marc Jarry – Archiviste : Jean Bonnoit – Conservateurs : bibliothèque patrimoniale : Dominique Mazel, musée : Bernard Terlay – Secrétaire perpétuel : Jean-Luc Kieffer.

 

Les commissions constituées pour l’année académique 2019/2020 sont reconduites. Il nous est demandé de prévenir Jean-Luc Kieffer, Secrétaire perpétuel, pour en sortir, y entrer ou en changer d’ici la fin du mois de novembre.

 

Les réunions ordinaires de l’Académie reprendront le mardi 17 novembre suivant le protocole que nous adopterons durant le temps nécessaire, c’est-à-dire en visioconférence sur la plateforme Zoom. Les modalités techniques et consignes permettant à tout un chacun d’accéder à cette plateforme vous sont adressées en pièce jointe.

 

Le compte Zoom ouvert par l’Académie est à la disposition des commissions, groupes de travail et comités afin de leur permettre de continuer leurs travaux et mener leurs délibérations.

La bibliothèque Arbaud continue de fonctionner et l’on peut y accéder sur rendez-vous dans le respect des consignes sanitaires. En revanche, les visites du musée sont suspendues sine die.

 

Le Bulletin de l’Académie 2019/2020 sera disponible d’ici la fin du mois. Il sera alors possible de retirer son exemplaire au musée Arbaud.

 

Prochaine séance : mardi 17 novembre à 17h, sur ZOOM, communication du professeur Jean-Louis BERGEL : « Existe-t-il un Expressionnisme provençal ? ». Pour suivre cette première séance ordinaire en visioconférence, vous recevrez une invitation par courriel avec un lien vous permettant de rejoindre la réunion. (Voir le guide pour les participants en annexe).

 

 

Lettre n° 3 – 8 novembre 2020

 

Le bureau de l’Académie nous fait part d’un appel à contributions en vue du prochain colloque annuel de Conférence Nationale des Académies qui se tiendra à Paris en octobre 2021.

Vous trouverez ici le texte de présentation du thème retenu : l’intérêt public.

Les intentions de contribution doivent parvenir aux organisateurs au plus tard fin novembre. Merci donc de bien vouloir nous indiquer si vous souhaitez participer, soit par courriel à lettre.academie@gmail.com soit en vous rapprochant du Secrétaire perpétuel Jean-Luc Kieffer.

Nous vous ferons alors parvenir les précisions indispensables à connaitre, notamment quant à la forme à donner aux communications qui sont attendues le 31 mai 2021 dernier délai.

 

S’il est un thème que l’on retrouve sur toutes les lèvres, par ces temps douloureux, c’est bien celui de l’intérêt public. Hommes politiques, sommités médicales, tous sont persuadés d’agir dans l’intérêt de tous. Mais cette crise n’est pas la première que notre pays ait eu à subir. Il a dû affronter d’autres difficultés, d’ordre social, politique ou militaire et, en ces occasions, dans nos Académies, des voix se sont élevées pour rappeler que la Nation entière devait se rassembler. Ce sont d’abord ces souvenirs qu’il faut réunir, car nos Académies sont riches de ces élans généreux.

 

Pour fixer le sens de l’intérêt public, au-delà de son acception strictement juridique, je me bornerai à fournir deux exemples tirés de l’histoire. Au début du Ve siècle avant J.-C., on découvrit dans les mines du Laurion, près d’Athènes, de nouveaux gisements de plomb argentifère. Comment profiter de cette manne ? La majorité des Athéniens optait pour une répartition d’argent entre tous les citoyens. Mais un homme d’État, Thémistocle, les persuada de consacrer ce trésor à la construction d’une flotte de guerre sans rivale. Ce furent ces navires qui défirent Xerxès à Salamine et sauvèrent la liberté de la Grèce. Autre exemple, plus proche de nous, en 1914, les femmes de France donnèrent leurs alliances et leurs boucles d’oreilles en or pour contribuer à l’effort de guerre. Là encore, le sens de l’intérêt public triompha des intérêts particuliers. Et la liste serait longue.

 

Il n’est donc pas inutile de se tourner vers ces moments où l’intérêt public a pris le pas sur les intérêts particuliers. Dans ce mouvement, au cours de notre Histoire, les Académies ont su montrer le droit chemin. Il est donc opportun de consulter les membres de nos Compagnies pour connaître leur sentiment sur cette notion d’intérêt public, dans tous les domaines, aussi bien dans celui des règles qui régissent notre vie quotidienne que dans celui des grandes orientations de la Nation.

En laissant de côté tout risque de dérive politique, nous vous proposons donc non seulement de rappeler le souvenir de ceux qui ont su, dans nos Compagnies, agir dans l’intérêt public, mais aussi de recenser les actions que nous menons actuellement dans ce champ. De ce point de vue, une analyse précise de notre politique de prix et récompenses pourrait fournir un point de départ utile. Il ne manque pas non plus, dans nos Académies ou dans leur entourage, de cœurs de généreux qui ont su œuvrer dans l’intérêt public. Au reste, certaines de nos Académies revendiquent cette action dans leur titre.

Le champ est donc vaste et il faudra le borner en demeurant dans les limites de nos compétences multiples. Le thème doit intéresser non seulement historiens et juristes mais aussi tous les Académiciens que leur activité a mis en face de ces choix, parfois difficiles. Comment, en prenant une décision, être certain d’agir à coup sûr dans l’intérêt de tous ?

Remarques et suggestions à : lettre.academie@gmail.com

 

 

 

Lettre n° 2 – 29 octobre 2020

 

Élection des membres du bureau de l’Académie d’Aix à l’intention des membres titulaires et honoraires

Les mesures sanitaires auxquelles nous sommes soumis nous privent de la faculté de nous réunir pour la séance traditionnelle de reprise de nos activités initialement prévue le 3 novembre.

Les statuts de l’Académie (article 12) stipulent qu’« il est procédé, dès la rentrée de l’Académie, à la formation du bureau ». Il convient donc de mettre en oeuvre des modalités de vote afin d’assurer la légitimité du bureau pour l’année à venir. À cette fin le bureau a décidé de recourir exceptionnellement au vote par correspondance.

L’article 12 précisant que le premier vice-président est de droit le président sortant, que le secrétaire perpétuel n’est pas soumis à réélection, que l’archiviste, le bibliothécaire, et le trésorier sont élus pour 6 ans, sont donc soumis au vote pour cette année académique 2020-2021 : le président, le 2ème vice-président, le trésorier adjoint, la secrétaire de séance et la secrétaire de séance adjointe

Veuillez trouver ci-dessous, et en PJ pour impression, le bulletin de vote portant les noms des candidats susmentionnés.

 

Pour procéder au vote, veuillez :

1/ Imprimer le bulletin et le glisser dans une première enveloppe à cacheter sans porter quelque mention ou inscription sur celle-ci afin de préserver l’anonymat du vote. La liberté de chaque académicien pourra s’exercer dans l’acceptation ou non des candidats proposés.

2/ Adresser à l’Académie une enveloppe contenant la précédente. L’adresse à mentionner est : Académie des Sciences, Agriculture, Arts et Belles Lettres d’Aix, 2A rue du Quatre Septembre, 13100 Aix-en-Provence. Ne pas oublier d’indiquer sur cette deuxième enveloppe le nom de l’expéditeur.

Il est impérieux que les bulletins de vote parviennent à l’Académie avant le 11 novembre, le cachet de la Poste faisant foi.

Académie

 

des Sciences Agriculture Arts et Belles-Lettres d’Aix

Elections statutaires - 2020 - 2021 –

Président : Jean-Pierre Centi

Second vice-président : Bernard Mille

Trésorier adjoint : Bertrand Morard

Secrétaire des séances : Marie-Clotilde Escalle

Secrétaire adjoint : Madeleine Com-Escalle

Lettre n° 1 – 20 octobre 2020

 

La séance de clôture de l’année académique 2019-2020 s’est tenue le 17 octobre à Lourmarin. Bien que renvoyée à l’automne, la tradition fut néanmoins respectée : après l’ouverture de la séance par le président Jean-Pierre Centi, nous entendîmes le discours de clôture du Secrétaire perpétuel Jean-Luc Kieffer, puis l’Eloge de la vertu fut prononcé par le professeur Jean-Louis Charlet sous le titre « De l’Antiquité à nos jours en passant par l’humanisme ».

Il fut enfin procédé à la non moins traditionnelle distribution des Prix de l’Académie, en présence de tous les récipiendaires et de leurs nombreux invités.

 

Rappelons que le prix de vertu a été décerné à l’association Les amis de Sainte-Victoire pour

l’ensemble de leur œuvre en faveur d’Aix et des Aixois, et remis à M. Moze leur président.

Les prix littéraires : prix Mignet à M. Roger Canonero pour « Raconte-moi KIN. Des histoires sur l’Ecole nationale supérieure des arts et métiers d’Aix en Provence » ; prix Arbaud à M. Alexandre Mahue pour « Le château de la Verdière » ; Prix de Lourmarin à MM. Darras et Tresmontant pour « La forêt de Boscodon » ; le prix Bruno Durand à M. Paul Desorgues pour « Une enfance provençale ».

 

La séance de rentrée est maintenue au mardi 3 novembre. Le rendez-vous au mausolée de l’Académie, cimetière Saint-Pierre, est à 10h avec dépôt d’une gerbe et hommage rendu aux académiciens disparus. A 17h Réunion statutaire de rentrée avec élection du nouveau Bureau. Les membres titulaires et les membres honoraires qui ne pourraient être présents sont invités à envoyer leur pouvoir au Président ou au Secrétaire perpétuel.

Compte tenu de la situation sanitaire, et d’une règlementation contraignante, il n’y aura pas de pot convivial de rentrée. Un protocole a dû être fixé afin que nous puissions reprendre nos séances et nos travaux :

 

PROTOCOLE

Mesures sanitaires concernant les séances hebdomadaires de l’Académie :

-Du gel est disponible dans le hall d’entrée du musée Arbaud

-Ne pas stationner dans le hall, respecter la distanciation.

-Réorganisation de l’emplacement des sièges dans les salles des séances.

-Port obligatoire du masque à l’intérieur de l’établissement, sauf pour l’intervenant durant sa communication.

-Deux personnes en même temps sur l’estrade.

-Pas de regroupement en fin de séance, respect des mesures de distanciation à l’intérieur des locaux.

Merci de respecter ces précautions Le Bureau

 

A Lourmarin : le samedi 24 octobre, Journée Camus à 14h 30 au château avec une conférence

de Marie-Jeanne Coutagne « Camus : mesure et gloire, de l’absurde à l’amour » et projection du film « Les vies d’Albert Camus » présenté par Georges-Marc Benhamou, réalisateur.

Places limitées, merci de ne pas s’y rendre sans avoir réservé 04 90 68 15 23

Visite de l’exposition des photographies issues des archives familiales (jusqu’au 31octobre)

 

Remarques et suggestions à : lettre.academie@gmail.com

 

 

Académie des Sciences, Agriculture,

Arts et Belles Lettres d'Aix-en-Provence