ENTER PASSWORD TO CONTINUE

Powered by responsive-muse

 

ACADÉMIE

d'AIX  EN  PROVENCE

ESPACE  RESERVÉ

aux membres

Accessible par mot de passe

 

Lettre hebdomadaire

 

Lettre n° 9 du 16 janvier 2018

 

En l’absence du Président Jean-Jacques Lecomte, grippé, c’est notre confrère Bernard Mille qui nous accueille et ouvre la séance. Il passe immédiatement la parole au Secrétaire perpétuel Jean-Luc Kieffer qui nous fait la déclaration suivante :

 

Chères consœurs, chers confrères, membres titulaires et honoraires,

Le 16 janvier 2018, l’Académie ouvre la procédure de mouvement et de recrutement académique. Concernant les membres titulaires :

Le décès de notre confrère le médecin-général-inspecteur Louis André et le passage à l’honorariat de notre confrère Maurice Flory ouvrent la vacance de deux fauteuils de membres titulaires. J’annonce la vacance de ces deux sièges.

Je demande aux membres titulaires et honoraires, seuls habilités selon les statuts à participer aux élections, de bien vouloir proposer par lettres au Président ou au Secrétaire perpétuel les noms de celles et de ceux, parmi les membres associés, qu’ils souhaitent proposer à l’étude du Bureau qui décide du choix des candidats à retenir (art.4 des statuts).

La date limite pour ces propositions est fixée au mardi 30 janvier 2018. Concernant les futurs membres associés :

J’annonce la vacance de quatre sièges.

La proposition d’un nouveau membre associé doit être parrainée par trois membres titulaires.

Le parrain « principal » remet au Président ou au Secrétaire perpétuel un C.V. et une petite présentation justifiant sa proposition. Ces documents sont présentés au Bureau qui choisit la candidate ou le candidat qui sera soumis au vote de l’assemblée des titulaires et honoraires.

La date limite pour ces propositions est fixée au mardi 30 janvier 2018.

Le parrain sera prévenu à la fin de la semaine afin qu’il puisse présenter, de façon succincte, sa candidate ou son candidat lors de la séance du 6 février 2018 qui sera avancée à 16 h 30.

Les élections statutaires des nouveaux membres titulaires et associés auront lieu le mardi 13 février lors de la séance avancée à 16 h 30.

Le Bureau demande qu’il soit bien expliqué au futur membre associé l’importance d’une présence régulière aux séances hebdomadaires de l’Académie et l’engagement de participer aux divers travaux qui affirment l’importance de la pérennité culturelle de notre société bicentenaire.

 

Bernard Mille rappelle la réunion de la commission « Colloque de Lourmarin » le mardi 23 janvier à 15 h au musée Arbaud, puis passe la parole à notre confrère le Dr. Bernard Vincent Mathieu pour une communication fort documentée et intéressante, ayant pour titre L’affaire du Freinet (IVème – Xème siècle) : Considérations politiques, militaires et religieuses.

A noter que le résumé des communications sera dorénavant - à la demande du Bureau - consultable sur le site Internet de l’Académie www.academiedaix.fr (accès à l’espace réservé aux membres  avec le code : 987041)

 

Prochaine séance, le 23 janvier à 17 h Philippe Malburet La représentation du ciel depuis Anticythère jusqu'au planétarium moderne.

Retrouvez l’actualité de l’Académie d’Aix sur le site Internet : www.academiedaix.fr Remarques et suggestions à : lettre.academie@gmail.com

 

Lettre n° 8 du 9 janvier 2018

Le Président Jean-Jacques Lecomte, en ouverture de séance, nous présente ses vœux pour cette nouvelle année, et se réjouit d’accueillir une très nombreuse assistance.  Il nous demande de bien vouloir observer une minute de silence en mémoire des membres de l’Académie d’Aix disparus durant l’année qui vient de s’écouler : Mmes Suzanne Estève, Gabrielle Démians d’Archimbaud, Marie-Christine Trouillet, MM. Louis-Jean André, André Bailly, Jean Vaudour, Michel Horassius, Georges Vindry ainsi que Mgr Bernard Panafieu. Il souhaite y associer M. Blaise Diagne, maire de Lourmarin, qui fut proche de notre compagnie comme administrateur de la Fondation Laurent-Vibert.

 Le secrétaire perpétuel Jean-Luc Kieffer nous rappelle que nous entrons dans une période d’élections de deux mois. Le sujet sera abordé dès la semaine prochaine, mais il convient de réfléchir dès à présent sur nos possibilités de recrutement.

La disparition du Courrier d’Aix, qui en elle-même est une triste nouvelle, prive notre compagnie du seul média qui fidèlement informait les Aixois des travaux de l’Académie. Une réflexion est menée sur les nouvelles formes de communication à mettre en place.

La commission « Colloque de Lourmarin » se réunira, afin de faire le point sur l’édition 2017 et envisager celle de 2018, le mardi 23 janvier à 15 h au musée Arbaud.

 Jean-Jacques Lecomte nous donne des nouvelles de notre confrère Gilbert Schlogel absent, mais pour d’excellentes raisons, car l’Académie Nationale de Chirurgie fait écho à la sortie de son livre en ouvrant l’année par une séance solennelle consacrée à Philippe Mouret qui recevra une distinction posthume. A noter que l’Académie Nationale de Médecine consacre cette semaine une partie de sa séance à « Littérature et chirurgie » avec une conférence sur trois auteurs, dont notre confrère et ami… Félicitations !

 

Le président donne alors la parole au professeur Jean-Louis Bergel pour une communication ayant pour titre « Fauves de Provence, fauves en Provence »

Notre confrère poursuit ici son étude de la peinture en Provence, entamée lors de précédentes communications, avec cette révolution artistique par la couleur que menèrent des peintres au tout début du xxème siècle. Pour les fauves, qui s’éloignent d’une simple représentation de la réalité, la peinture doit être le reflet des émotions du peintre, et se traduire par « la violence des couleurs pures et intensément lumineuses, différentes des couleurs réelles ».

Jean-Louis Bergel s’attache à démontrer que la Provence fut à la fois le berceau du fauvisme et la terre d’accueil des fauves. Il fut donc question des Provençaux d’origine ou d’adoption qui éprouvèrent « ce besoin de rupture » comme Camoin, Seyssaud, Valtat, Chabaud, Girieud, Lombard, Matisse, mais aussi des lieux privilégiés par ces artistes : l’Estaque, Cassis, La Ciotat, Saint-Tropez, Agay … Ces sites furent fréquentés aussi par ceux qui vinrent plus ou moins tard en Provence, attirés par la lumière des paysages méditerranéens comme Braque, Dufy, Othon Friesz, Derain, Marquet. Une passionnante communication embellie par la projection de superbes toiles.

 

A l’issue de la conférence, nous avons eu le plaisir de partager les galettes offertes par l’Académie

 

 

 

 

 

Lettre n° 7 du 19 décembre 2017

 

Le président Jean-Jacques Lecomte ayant ouvert la séance, passe la parole au secrétaire perpétuel Jean-Luc Kieffer pour des informations sur la vie de l’Académie.

Les modifications proposées quant à la composition des commissons ont été enregistrées par le bureau. Le nouveau tableau est affiché dans le hall du musée Arbaud pour consultation. Merci aux membres récents pour leur participation à ces commissions et donc à la vie de l’Académie.

Le programme du 2ème trimestre académique a été envoyé par courriel. Nous sommes néanmoins un certain nombre à ne pas l’avoir reçu. Si cela est votre cas, merci de le signaler au secrétariat en indiquant votre véritable adresse internet à : musee.arbaud@dbmail.com

Jean-Luc Kieffer nous rappelle que la visite du musée Arbaud est à nouveau possible, mais uniquement sur rendez-vous.

Le président passe alors la parole au conférencier du jour, Jacques Maleyran pour une communication ayant pour titre : 1917, l’année qui a changé le monde.

 

L’année 1917, c’est il y a tout juste cent ans, et c’est à cet anniversaire que nous convie notre confrère. 1917 marque la fin d’un monde, elle est sans doute une des années les plus importantes,  du xxème siècle. Sous la forme d’une chronologie, défilent alors les terribles évenements qui tout au long de l’année marqueront ce conflit.

L’épouvantable mois d’avril, le Chemin des Dames et ses batailles meurtrières au terme desquelles on n'avance que de 500 mètres au lieu des 10 kilomètres prévus, et ce au prix de dizaines de milliers de morts ; la responsabilité des chefs militaires, le général Nivelle remplacé par le général Pétain  qui doit faire face aux mutineries qui suivent ces carnages. Le nouveau commandant en chef s’attache en premier lieu à redresser le moral des troupes, il sanctionne avec modération les faits d'indiscipline limitant le nombre d’exécutions. Le doute en effet s’est emparé des soldats,  la chanson Craonne, complainte contestataire « des sacrifiés », les évenements de Russie ont une influence non négligeable.

Jacques Maleyran évoque aussi nos alliés, les anglais nos ennemis héréditaires, leurs actions héroïques, la côte de Vimy, l’attaque de Messines, la bataille de Passchendaele en Flandre- Occidentale qui vit le triomphe du char, mais au prix d’enormes pertes humaines.

Le monde entier est entrainé dans ce conflit, les américains s’engagent contre l’Allemagne suivis par presque tous les états d’Amérique du Sud.

L’Amérique nous apporte des moyens humains et financiers mais aussi sa culture, sa musique. Le premier disque de jazz vient d’être enregistré dans le New Jersey.

Notre conférencier évoque quelques personnalités engagées dans le conflit qui feront le siècle  Hitler, Goering, Mussolini, Churchill, Roosevelt, De Gaulle, Mao Tsé Toung, Staline ou encore Einstein, Freud etc.

Une conférence captivante, menée avec talent et passion, qui a touché son auditoire

 

Prochaine séance : mardi 9 janvier 2018 à 17 h, communication de Jean-Louis Bergel « Fauves de Provence, Fauves en Provence ».